Approches thérapeutiques

 

L’hypnose a fécondé de nombreuses approches thérapeutiques, directement ou non. Elle a été utilisée par Sigmund Freud à ses débuts, auprès de patientes hystériques dans la tentative de « retrouver » l’évènement traumatique (la scène de séduction) supposé à l’origine des troubles. Freud abandonnera rapidement (1895) la pratique de l’hypnose qu’il qualifie de manipulation du sujet et dont il constate dans la pratique que la « vérité » issue de l’hypnose ne peut être entendue (« utile » au sujet) sans résistance, et du fait qu’il lui faut (au patient) la « découvrir » (sa vérité) par lui-même, par le biais de sa parole. Ce sera le début de la talking cure les débuts de la cure analytique à proprement parler.

L’hypnose est aussi à l’origine de la sophrologie, méthode plus récente (1961), ainsi que d’autres techniques de relaxation.

L’hypnose est aujourd’hui un des outils du psychothérapeute. Les indications sont très larges et concernent en fait une très large gamme des problématiques humaines, psychologiques et somatiques : angoissestroubles névrotiques, arrêt du tabac, perte de poids, stressénurésieinsomniephobiesallergiestraumatismesdeuils, tocs (troubles obsessionnels compulsifs), timidité, etc. mais aussi, anesthésie hypnotique, préparation mentale (chirurgiesportexamen), résolution de conflit, apprentissages, développement personnel, etc. Les contre-indications dépendent surtout de l’expérience du thérapeute. Classiquement, elle est contre-indiquée en cas de troubles psychotiques et de paranoïa. Mais ici encore, tout dépend à la fois de l’expérience du thérapeute, de la qualité de la relation avec le patient.

Hypnose ericksonienne

Milton Erickson soutenait l’idée qu’on ne soigne pas un symptôme ou une maladie, mais une personne. L’hypnose en psychothérapie, envisagée à la manière d’Erickson, est une relation vivante entre deux individus :

« L’hypnose, c’est une relation pleine de vie qui a lieu dans une personne et qui est suscitée par la chaleur d’une autre personne. »

— Milton Erickson