Quels sont les processus mis en jeu par l’hypnose

 

D’une façon schématique, et avec toutes les réserves qu’impose cette simplification, il y aurait, dans la transe, une dépotentialisation du cerveau gauche et une activation de l’hémisphère droit. Selon les théories neurophysiologiques, chacun des hémisphères cérébraux apporte une appréhension différente de la réalité.

Le cerveau gauche dominerait les activités d’éveil alors que le cerveau droit se manifesterait essentiellement pendant le rêve, la rêverie, l’activité artistique, la transe commune et l’hypnose.

Dans cette optique, on admet que l’hémisphère droit est responsable des phénomènes inconscients et qu’il a une plus grande activité lorsque la conscience habituelle est modifiée. L’état d’hypnose est donc un phénomène physiologique naturel et banal et l’hypnose thérapeutique n’est que l’amplification de ce phénomène avec l’aide d’une autre personne.

Il peut être surprenant, à première vue, que cet état de lâcher prise soit l’occasion d’un meilleur contrôle personnel.

Les données neurophysiologiques peuvent aider à comprendre ce phénomène. De nombreux problèmes psychologiques pourraient être compris comme l’application erronée d’approches rationnelles de l’hémisphère gauche sur des situations qui seraient mieux appréhendées par le cerveau droit.

L’hypnose en stimulant le cerveau droit aiderait donc le sujet à résoudre ses difficultés grâce à ses propres solutions. En effet, ce dernier possède déjà en lui les ressources nécessaires mais il les méconnaît car elles sont hors de sa conscience habituelle.